201507.08
0

Comment rédiger l’état de l’art d’un mémoire?

Publie par

CONCEVOIR L’ETAT DE L’ART D’UN MEMOIRE AVANT LA REDACTION DU MEMOIRE LUI-MEME

La phase élémentaire dans l’initiation d’une étude, d’une recherche commence par l’état de l’art sur la question. Il comprend l’état de connaissances, les différents acquis et travaux en cours en la matière. Plus précisément, un mémoire ne peut être entamé dans sa vocation propre qu’à partir de la capitalisation des données, savoirs acquis dans les périodes cumulées antérieures (temps n). La réalisation pertinente d’un état de l’art d’un mémoire permettra la mise en exergue des particularités du mémoire à conduire (temps n+1), étant entendu que celles-ci auront vocation à réaliser des sauts qualitatifs conceptuels et/ou opérationnels.

METHODOLOGIE DE REDACTION DE L’ETAT DE L’ART D’UN MEMOIRE

Deux perspectives doivent être considérées : la description des composantes existantes et la saisie de la dynamique du processus qui a présidé au mode évolutif des concepts et principes concernés.

De la description des composantes existantes
-Les problématiques initiales sous-jacentes aux démarches effectuées sont à rappeler : sont-elles standardisées ou particulières ? Dans quelle mesure ont-elles dicté les méthodes opératoires qui ont prévalu dans la production des résultats ?
-La mise en exergue des différentes hypothèses formulées qui ont prévalu dans la définition des recherches entreprises facilite la compréhension des outils d’investigation utilisés ; les présupposés mis en avant ont–ils été tous vérifiés ?
-L’évocation des différents contextes (épistémologiques, économiques, sociaux, culturels…) est nécessaire ; ils constituent les cadres de compréhension justifiant la conjonction entre les démarches entreprises et les moyens mis en œuvre pour parvenir aux résultats.
– La référence aux différents concepts opérationnalisés par les acteurs (auteurs à citer en tant qu’illustrations) rend compte de la complexité des progressions constatées.

De la dynamique du processus
Les différents acquis répertoriés dans la phase de description ne sont pas à envisager dans une vue unifiée ; le phénomène ne suit pas une évolution linéaire mais séquentielle; La représentation des séquences structurées selon les divers prismes de connaissances définis rend compte des différents sauts réalisés mis en relation dans le temps (et peut-être dans l’espace).
L’état de l’art d’un mémoire n’est pas une juxtaposition ni une coordination des unités de connaissance établies. Il prend en compte des niveaux de paradigmes différentiels des acteurs cités présentés comme des orientations spécifiques d’unités de connaissances modalisées selon divers appareils conceptuels dont la compréhension doit être manifestée dans leurs spécificités toutes particulières.

POUR CONCLURE

L’état de l’art d’un mémoire ne se superpose pas à la phase appelée « phase de documentation » qui débute une recherche : la documentation consiste à initier, à enrichir les informations du chercheur ,à lui prodiguer des ressources pour commencer, développer les linéaments de sa démarche ; l’état de l’art du mémoire se constitue en référentiel de connaissances en montrant explicitement une synthèse diachronique de la dynamique du processus avec citation dynamique de tous les éléments concernés et ce, afin de démontrer la créativité conceptuelle et opérationnelle projetée dans le mémoire en cours.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *