201412.11
1

Comment rédiger l’introduction parfaite pour un mémoire de fin d’études?

Publie par

L’introduction, en cadrant le mémoire par la première impression qu’elle reflètera mérite un attention particulière. Rater ou manquer son introduction de mémoire certes ne constitue pas une inadmissibilité en elle-même, mais cela laisserait indéniablement paraître une certaine impotence qui va requérir plus de poids d’arguments tant au niveau de la précision d’écriture que de l’enchaînement fluide et cohérent du mémoire.

Pourquoi l’introduction est-elle une partie capitale pour votre mémoire de fin d’études ?

Le grand risque encouru par une introduction maladroite serait bien évidemment une lecture distraite et inattentive du contenu restant.
Il est donc essentiel de parfaire l’introduction dont le rôle consiste à annoncer le sujet (problématique) et donner une idée, un aperçu sur l’ensemble du travail, sa valeur et ses qualités. Ce qui traduit en d’autres termes la compréhension et la maîtrise du sujet par l’étudiant à travers l’engagement d’une réflexion structurée, rédigée correctement, à travers un plan.

Si l’on devait se référer au physique de la personne quant au mémoire complet, l’introduction reflèterait le visage. Effectivement, de l’introduction émane la qualité du mémoire tant elle renvoie son organisation et sa cohérence : elle est stratégiquement la partie la plus importante du mémoire.
Comme son nom l’indique, la partie introduction consiste à introduire, imprégner le sujet tout en donnant le ton par la problématique et l’annonce du plan.

Pour débuter l’introduction, il est essentiel de dévoiler le sujet tout en gardant une part de mystère qui inciterait dans le même temps que l’annonce de la problématique, le lecteur à lire le reste du contenu.
Autrement dit, l’introduction d’un mémoire de fin d’études se veut être comme une publicité ponctuelle toute en douceur.
Se divisant généralement en trois (03) parties, elle comporte :

– L’accroche ou l’annonce du sujet
– La formulation de la problématique
– La présentation du plan de travail

La rédaction de ces parties se doit également d’être irréprochable en termes de fautes et de précision. En effet, il est essentiel d’écrire de façon claire et concise pour donner envie au lecteur de poursuivre sa lecture. Comme le dit l’adage : “Vous n’aurez jamais deux occasions de faire une première bonne impression”, votre attention doit donc être à son paroxysme pour cette partie de votre mémoire.

Comment s’inspirer ?

Oui, s’inspirer car il est ici question d’inspiration afin que fluidité puisse rimer avec cohérence et structuration.
Tout d’abord, dans l’annonce du sujet, il est recommandé d’aborder les chiffres issus d’enquêtes ou d’études épidémiologiques se référant au sujet, une historique, un évènement marquant et pertinent qui éveille sur le sujet, ou encore une observation personnelle étonnante rencontrée lors de stage ou autres.
Ensuite, l’énonciation de la problématique du mémoire, il est préconisé d’utiliser un style journalistique : la poser sous forme de questions qui vont cerner l’ensemble du sujet avec précision.

Puis, l’annonce du plan se fera par l’usage de connecteurs adaptés comme « en premier lieu », « en second lieu » … « en dernier lieu » afin de montrer la structure du travail et démontrer conjointement la clarté de l’étude. Effectivement, l’utilisation d’articulateurs chronologiques traduit une logique, une cohérence tant dans la structure que dans l’énonciation des idées.

Enfin, l’orthographe et la longueur des phrases utilisées lors de la rédaction doivent être impeccables : pas de fautes de grammaire, d’orthographes, des phrases courtes et concises, même si cela peut sembler évident, la rigueur en matière d’orthographe nécessite une attention particulière.

Petite astuce ?

Il est plus aisé de rédiger l’introduction à la fin de la rédaction du corps du mémoire, avec la conclusion. Incontestablement, tout est déjà « mieux »posé et structuré dans la tête que l’on trouve facilement les mots pour émettre la problématique et annoncer le plan.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *