201709.13
0

Le BBA EDHEC, quelques clés pour réussir le mémoire de fin de parcours

Publie par

Vous avez  opté pour le Bachelor in Business Administration (BBA) qui se prépare en 4 ans. Après vos deux premières années en fondamentaux du management, suivies de deux ans en spécialisation académique et sectorielle, vous voici prêt à entamer la dernière étape de votre parcours à savoir votre mémoire. Voici cinq clés pour la réussir et rendre cette dernière étape plus aisée.


  1. Bien choisir son sujet:

Le choix du sujet et la détermination de la problématique, question à laquelle vous allez essayer de répondre tout au long de votre mémoire, sont les étapes les plus importantes dans la rédaction du mémoire de fin de parcours. Alors, comment choisir le bon sujet? D’abord, optez pour un sujet captivant car il est impératif de traiter d’un sujet agréable qui vous motivera et éveillera votre intérêt tout au long de vos recherches. Néanmoins, ne choisissez pas un sujet uniquement parce qu’il vous plaît, veillez également à ce qu’il soit traitable. En effet, dans le cas contraire vous risquerez de vous trouver rapidement débordé face à l’ampleur d’un sujet trop vaste. Délimitez donc votre sujet aussi bien géographiquement que chronologiquement. Ensuite, préférez un thème original en associant deux domaines que vous maitrisez par exemple et au besoin orientez votre approche sous un nouvel angle si votre sujet a déjà été traité. Enfin, n’hésitez pas à consulter les mémoires déjà publiés et à vous renseigner sur les travaux en cours qui traitent du même sujet que le vôtre. Ces écrits peuvent tout simplement vous inspirer ou éviter que vos travaux ne soient caducs.


  1. Dresser son planning:

Pour pouvoir rendre votre mémoire de fin de parcours à temps, il est nécessaire de s’organiser dès le début et de se tenir rigoureusement à ce planning tout au long de l’année. Néanmoins, même si votre planning doit être établit en fonction des délais de réalisations qui vous sont répartis, pour vous assurer une efficacité à toute épreuve il faut qu’il soit adapté à votre mode de vie. Ensuite, n’hésitez pas à vous fixer des objectifs journaliers qui vous donneront la satisfaction d’avancer dans votre travail. Enfin, en estimant le temps nécessaire à la réalisation de chaque étape, n’oubliez pas de prévoir des marges de sécurité qui vous serviront soit de temps de repos soit de période de rattrapage en cas de retard sur une phase.

Pour une soutenance prévue pour le mois de juin par exemple, la mise en place du plan général est conseillée pour le mois d’octobre, l’approfondissement dudit plan et la rédaction de l’introduction vers la fin du mois de décembre, la rédaction du corps du mémoire sera achevée au mois d’avril et la relecture pour le mois de mai.


  1. Optimiser ses recherches:

Un mémoire de fin de parcours se doit d’être un travail documenté. D’abord, commencez par sélectionner une dizaine de mots clés à partir de votre sujet. Ces derniers vont vous servir à orienter vos premières recherches en bibliothèque ou sur internet, et de là découleront les notions secondaires, tertiaires etc. Si votre mémoire est plus accès sur le théorique, favorisez les bibliothèques qui peuvent vous fournir des sources plus rares et qui valoriseront ainsi vos recherches. N’oubliez pas de noter les informations utiles à votre bibliographie au fur et à mesure de vos lectures. De même, il est indispensable de bien préparer vos recherches sur terrain si votre mémoire prend plutôt une tournure empirique. Pour ce faire, commencez par repérer les experts ou personnes influentes qui traitent de votre sujet. Durant les interviews, il est fortement recommandé d’enregistrer vos conversations, de prévoir un matériel de rechange et de procéder à la retranscription dès que possible.


  1. Maîtriser sa rédaction:

La rédaction est la suite logique de la phase de recherches, elle consiste à mettre « au propre » toutes les informations accumulées lors de l’étape précédente. Mettre en forme, mais pas n’importe comment, car si la qualité de votre travail est primordiale, la forme que vous lui donnez  ne doit pas être en reste. Veillez donc à respecter toutes les règles de mise en page incombant à un mémoire digne de ce nom. Dans la même lancée, il est fortement conseillé d’éviter le plagiat, c’est-à-dire d’utiliser une partie du travail d’un chercheur en le faisant passer pour le vôtre. Il va sans dire que cela n’apporterait que des conséquences négatives sur votre travail. Enfin, ne sautez pas l’étape de la relecture car elle vous permet de déceler les petites fautes d’inattentions, les mauvaises tournures de phrases, les idées mal agencées etc. Confiez ensuite votre mémoire à des proches et ensuite à un professeur pour qu’ils le lisent à leur tour afin d’obtenir des avis objectifs et des critiques constructives.


  1. Bien préparer sa soutenance:

Une fois le travail écrit bouclé, il vous reste encore à passer l’épreuve de la soutenance à l’oral. La première chose que vous devez faire est d’abord de savoir sur quels critères, de fond et de forme, votre travail va-t-il être jugé. Ensuite, l’objectif de la soutenance orale n’est pas de répéter ce qui a été vu dans le mémoire mais d’aborder les résultats et les conclusions ainsi que la question de l’intérêt intellectuel de votre problématique. Il est de ce fait conseillé d‘inclure une synthèse des recherches et des résultats dans votre soutenance. Veillez également à répondre au jury d’une façon argumentative et convaincante de manière à montrer que vous maîtriser votre sujet. Enfin, n’oubliez pas de vous entraîner : répétez votre présentation orale, exercez-vous à regarder votre auditoire ainsi qu’à répondre aux questions du jury.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *