201607.14
1

Le mémoire de DU (diplôme universitaire), spécificités et clés pour en réussir la rédaction

Publie par

Dans le cadre d’une formation universitaire et en vue d’obtention du DU ou diplôme universitaire, l’étudiant est amené à effectuer une recherche appliquée sur un thème bien défini. A l’issu de ce travail, l’impétrant doit rédiger un mémoire universitaire qui relate l’objet et les résultats de ses recherches. Le mémoire en question doit répondre à certaines exigences de rédaction, notamment à des règles de formulation et de structuration précises.
En premier lieu, il faut trouver un thème global de recherche. Si le thème est imposé par un professeur ou encadreur pédagogique, il pourrait directement donner une problématique au sujet. Autrement, il convient de choisir un sujet qui n’a encore été traité et permettra au rédacteur d’apporter des informations nouvelles. Par la suite, il convient d’identifier une problématique et d’émettre les hypothèses qui l’expliqueraient et la résoudraient. Pour ce faire, il faut établir une série de questions suivant la méthode QQOQCP qui permet de cerner toutes les dimensions du problème. De celle-ci découle alors le sujet de recherche. Le travail préparatoire consiste à se pencher sur les travaux déjà achevés (revue de littérature). La recherche bibliographique doit se faire au fur et à mesure de façon à retenir les ouvrages pertinents et de premier choix de par leur caractère académique, scientifique. Cela permet également de se focaliser sur le sujet et de centraliser les idées. Il faut aussi déterminer les moyens pour rassembler des données supplémentaires, et pour les analyser. Cela peut se faire à partir des supports médiatiques et audiovisuels, pour par des enquêtes.
En second lieu, la rédaction du plan est une étape cruciale car c’est le squelette même du travail. Il peut être succinct et clair, ou encore démonstratif et détaillé. Dans tous les cas, il doit toujours suivre une logique progressive. Les différentes parties doivent être équilibrées et s’enchainer avec harmonie.
L’introduction tout comme la conclusion est essentielle, elle illustre le cadre et le contexte de l’étude. Elle représente la partie théorie du mémoire, et définit l’objectif de la recherche. Ensuite la partie empirique comprend la partie méthodologique. L’étudiant y expose et justifie la méthode et l’approche choisies pour évaluer et vérifier la crédibilité des hypothèses émises durant l’étude théorique. Toutes les étapes de la recherche doivent être expliquées clairement et doivent suivre l’ordre chronologique. La présentation des résultats par des tableaux et des graphes est habituellement recommandée car elle est plus explicite qu’un contenu dense qui ne permettrait pas au lecteur d’identifier les informations essentielles. Les explications et interprétations doivent être apparentes. Enfin, la conclusion répond à la problématique de départ. Elle met en exergue les grandes lignes à retenir de l’étude et avance les perspectives de recherches possibles.
Les clés d’un bon mémoire sont principalement la constitution d’un plan approprié, et le choix de l’approche adoptée pour la résolution de la problématique. Le mémoire reflète non seulement l’aboutissement de la recherche, mais aussi la contribution et l’implication de l’étudiant dans la résolution d’un problème. L’objectif final étant de faire avancer son domaine d’étude par une démarche exploratoire et scientifique de qualité.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *