201410.06
0

Le mémoire d’architecture : présentation des points clés

Publie par

Le mémoire en Architecture permet de décrocher un poste d’architecte. Mais cette démarche nécessite de la réflexion et certaines habiletés de la part de l’étudiant.

Qu’est-ce qui différencie le mémoire d’architecture des autres mémoires ?

Le mémoire d’architecture reflète la pensée architecturale de son auteur et parfois aussi, ses positions morales et éthiques, ainsi que le choix du métier qu’il souhaite. L’approche architecturale développée dans le mémoire constitue la spécificité d’un mémoire d’architecture par rapport aux autres types de mémoire. D’une manière générale, l’étudiant présente plusieurs scénarios et non pas un seul dans le mémoire. Cette démarche permet d’anticiper l’avenir et de s’adapter aux différentes évolutions qui pourraient se produire dans le futur. Le sujet abordé dans le cadre de ce mémoire reprend les différentes dimensions de l’architecture : la spatialité, la construction et la structuration des bâtiments, les principes qui régissent l’espace social, la symbolique des espaces en fonction du temps, l’architecture dans l’art, la biographie des architectes et leurs œuvres, les variations de l’architecture en fonction de la culture et l’évolution de la perception des œuvres architecturales en fonction du temps.

Les différents types de mémoire d’architecture

Les mémoires d’architecture peuvent se présenter sous quatre formes. La première forme est le mémoire rationalisation d’une pratique dans lequel, l’analyse est basée sur une expérience pratique. Dans ce cadre, l’étudiant doit mener une analyse en faisant une distanciation par rapport à son sujet et à l’objet de sa recherche pour apporter un regard critique sur les faits observés. Le deuxième type est le mémoire état de la question qui se concentre davantage sur les recherches théoriques pour effectuer l’analyse. Dans ce cadre, le champ d’étude pourrait devenir très vaste ce qui impose à l’étudiant de bien cadrer son étude. Le troisième type de mémoire est le mémoire empirique qui relate un travail de terrain et qui aboutit à la production de documents originaux concernant son terrain d’étude. Le dernier type de mémoire qui pourrait être rencontré est le mémoire expérimentation qui se focalise sur une expérimentation faite par l’étudiant. Dans cette optique, il a utilisé des outils constructifs ou numériques afin de faire des essais en laboratoire.

Conseils pour la rédaction

Après avoir déterminé le sujet et le plan, il est nécessaire que l’étudiant fasse un état de l’art. Dans cette optique, il rapporte les différentes recherches ayant été menées sur son sujet. Mais pour les différentes sources utilisées, l’étudiant doit absolument citer ses sources. Le mémoire doit être lisible et agréable à lire. Dans cette optique, il serait plus judicieux de construire des phrases simples mais claires, plutôt que de trop longues phrases qui prêtent à confusion. Le document ne doit pas comporter des redondances, des fautes de frappes, ou des fautes d’orthographes. Il faut noter entre autre, que l’ouverture d’esprit de l’étudiant va lui permettre de mener à bien son analyse. Certes, l’architecture constitue le principal champ de travail de l’étudiant, mais cela ne l’empêche aucunement de s’intéresser aux autres disciplines. Les différents arguments doivent être enchaînés de manière logique afin de construire un ensemble cohérent. L’étudiant est aussi amené à soigner la forme de son document. Certes, le fond du mémoire permet de refléter ses différentes compétences et la maîtrise de son sujet, mais ces efforts sont vains si le document est mal présenté. Une meilleure mise en forme permet d’apprécier la rigueur de l’étudiant.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *