201404.28
0

Le Mémoire de formation Art Et Design

Publie par

Dans toute filière d’étude, la rédaction et la soutenance d’un mémoire est la condition sine qua non d’obtention d’un diplôme de master. Très récemment, le domaine de l’Art et du Design a fait l’objet d’une révolution en se conformant désormais lui aussi à cette règle dans le but de « normaliser » l’enseignement dispensé par une école d’art en le plaçant sur le même pied d’égalité que celui d’une université classique.

D’abord très controversé, les écoles d’Art et de Design ont cependant peu à peu adopté le concept pour introduire dans leur cursus la méthodologie nécessaire à la rédaction et à la présentation d’un mémoire d’études et de recherche portant sur les projets personnels des étudiants. On comprend aisément la réticence de certains professeurs en ce que la filière en question a ceci de particulier qu’il s’agit d’un domaine pratique et très souvent manuel. Aussi la rédaction d’un mémoire n’est-elle pas chose aisée pour tout étudiant en Art et Design. Cette spécificité se décline notamment en deux axes principaux, à savoir la rédaction même dudit mémoire et sa soutenance publique.
Le mémoire, axé sur un projet artistique propre, doit décrire les divers processus et concepts aboutissant au résultat artistique. Pour ce faire, l’étudiant doit avant tout être capable de maîtriser la méthodologie nécessaire à la rédaction d’un mémoire. Se révèle alors une première barrière pour l’élève en Art et Design qui, par nature, ne possède pas forcément les connaissances théoriques et intellectuelles requises à cette fin. En effet, outre la formulation du document lui-même, il s’agit d’abord d’être à même de se constituer une bibliographie adéquate. Ensuite, il faudra pouvoir analyser, synthétiser et hiérarchiser les documents, images et œuvres. En somme, l’apprenti créateur devra revêtir l’uniforme intellectuel pour obtenir son diplôme.
Concernant ensuite la soutenance du mémoire, plus que dans toute autre discipline, il s’avèrera indispensable pour l’étudiant de bien véhiculer ses idées devant un public et d’illustrer ses propos à l’aide d’un document visuel, voire de son œuvre pratique. En définitive, le mémoire doit refléter le côté pratique tout en étant par essence un document théorique.
Cette introduction de la théorie à la pratique n’a toutefois pas que des opposants. Certains y ont même vu des avantages plausibles car de nos jours, le milieu artistique requiert une capacité accrue de mise en forme à l’écrit de leurs projets par les créateurs.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *