201407.29
0

Quelques conseils pour réussir un mémoire de Musicologie

Publie par

L’étudiant peut travailler dans le domaine de la recherche scientifique ou dans la diffusion dans les médias. Il peut aussi opter pour la gestion d’organismes artistiques, etc. La rédaction d’un mémoire et une soutenance orale clôturent la formation. Nous proposons 15 conseils pour améliorer la rédaction du mémoire.

  1. La partie introductive doit être soignée pour attirer les lecteurs. Elle comporte trois parties. La première partie se focalise sur la présentation du sujet. La deuxième partie se focalise sur l’état de l’art c’est-à-dire, les différentes recherches réalisées sur le sujet. Et la troisième partie porte sur la présentation du plan de recherche.
  2. Le développement comporte deux ou trois parties distinctes qui doivent s’enchaîner de manière logique afin de pouvoir répondre à la problématique.
  3. Dans la réflexion, il est possible de partir de faits généraux, avant d’affiner la recherche sur un élément précis, sur un groupe, ou sur une musique précise.
  4. L’étudiant peut concentrer son analyse sur un genre ou la musique d’un peuple déterminé. Ainsi, il convient de bien présenter les caractéristiques de l’objet d’étude dans le mémoire.
  5. L’étudiant doit aussi montrer les différents fondements théoriques de son étude.
  6. Parfois, l’évolution de la musique dans le temps, l’histoire peut aider à la compréhension de l’objet d’étude.
  7. Les notes de musiques peuvent parfois illustrer les explications de l’auteur du mémoire. La composition musicale doit accompagner le document afin que le lecteur puisse discerner les différents éléments mentionnés dans le document écrit.
  8. La conclusion générale est la dernière partie du corps du texte. Elle doit comporter une partie allouée aux constats, retraçant les différentes observations faites dans le développement. Elle peut aussi mentionner l’approche esthétique de l’étude. Et à la fin, elle ouvre à d’autres voies de recherches dans le domaine de la musicologie.
  9. Le mémoire doit compter entre 60 et 100 pages hors annexes. Mais cette taille peut varier en fonction du sujet et de l’institution dans laquelle, l’étudiant a réalisé sa formation.
  10. Les membres du jury accordent beaucoup d’importance au niveau des expressions utilisées. Dans cette optique, il est nécessaire de relire le document afin d’éviter les fautes de frappes, les fautes d’orthographes, etc. Les erreurs grammaticales et les fautes d’orthographes entraînent le rejet du document.
  11. Les citations doivent être mises entre guillemets et leurs sources sont indiquées en notes de bas de page.
  12. La note de bas de page mentionne l’auteur, le titre, l’éditeur, la ville d’édition et les pages de référence.
  13. Pour des auteurs qui ont été déjà cités précédemment, il faut mettre les termes Id. (idem signifiant : le même) ou Ibid (Ibidem, qui veut dire au même endroit).
  14. Pour les auteurs ou ouvrages qui ont été déjà mentionnés dans les notes de bas de pages, il convient de mettre Op. cit. (opere citato).
  15. Toutes les sources utilisées dans le mémoire doivent figurer dans la bibliographie. Les différentes sources doivent être classées en fonction de leur nature.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *