201408.06
0

15 conseils pour rédiger le mémoire en Ostéopathie

Publie par

Actuellement, les médecines complémentaires sont en plein essor. Les patients et leurs proches cherchent de plus en plus des alternatives ou des compléments qui peuvent alléger voire, soigner leurs problèmes de santé. Parmi elles, il y a l’Ostéopathie qui intéresse de nombreux étudiants. Voici 15 conseils de rédaction du mémoire :

  1. L’introduction est la première partie qui permet au lecteur de comprendre le sujet et ce qui va être abordé. Elle doit présenter des statistiques, des actualités qui accrochent le lecteur. Elle doit évoquer par la suite, la question de départ ainsi que les différentes approches permettant de répondre à la question. L’introduction se termine par l’annonce du plan adopté par le chercheur.
  2. La première partie du développement doit présenter l’objet de recherche. Dans cette optique, elle doit décrire les différentes études ayant été réalisées concernant le sujet abordé.
  3. A l’issue de l’exploration des différentes recherches, l’étudiant formule ses hypothèses.
  4. La formulation des hypothèses doivent aboutir à l’identification des indices et des facteurs à prendre en compte pour les vérifier et pour les mesurer.
  5. Le mémoire en Ostéopathie doit aussi présenter la maladie sur laquelle, l’étudiant a focalisé sa recherche. Cela consiste à décrire les manifestations de la maladie, les difficultés de traitement de celle-ci par la médecine conventionnelle, les biais des démarches de soin, les besoins des patients et de leurs accompagnateurs, etc.
  6. Dans la deuxième partie de son mémoire, l’étudiant est amené à se concentrer sur les observations et les analyses qu’il a faites au cours de son stage. Cette partie doit rapporter les différentes démarches pratiques qui ont permis d’atteindre les objectifs de départ.
  7. La partie méthodologie doit retracer les différentes démarches mises en œuvre pour collecter les données. Plusieurs options s’offrent au chercheur : étude de cas, enquêtes, questionnaires, etc.
  8. Les résultats doivent être présentés dans le mémoire. Ils peuvent se présenter sous forme de graphes, de figure, de tableaux, etc.
  9. Les différents résultats doivent être interprétés et discutés. Pour ce faire, l’auteur du mémoire doit confronter les données rapportées dans la littérature et les données empiriques qu’il a obtenus lors de ses études sur terrain. Il peut se référer entre autre, sur les théories avancées concernant les vertus de l’ostéopathie pour compléter les observations qu’il a faites sur terrain.
  10. Il faut remarquer que les données empiriques ne viennent pas toujours confirmer les données théoriques. Si tel est le cas, l’étudiant doit expliquer les possibles raisons de la différence entre les données empiriques et théoriques.
  11. Lors de la rédaction du mémoire, l’étudiant doit orienter sa réflexion sur les apports de l’ostéopathie dans la guérison et le bien-être du patient.
  12. La rédaction demande un esprit critique de la part de l’étudiant. Cela devrait lui permettre de trouver les limites de l’approche qu’il a adoptée.
  13. La rédaction du mémoire exige un esprit d’ouverture. Ainsi, le document doit présenter de nouvelles suggestions concernant la méthodologie, et des perspectives de recherche.
  14. La conclusion termine le mémoire. Dans cette partie, l’étudiant est amené à répondre directement à la question de départ et à confirmer si l’hypothèse a été vérifiée ou non. La conclusion doit aussi présenter les ouvertures à une autre recherche.
  15. Le document final doit comporter des résumés en français et en anglais. Ceux-ci reprennent les principales idées du mémoire, ainsi que les mots clés.

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *