201412.01
0

Le mémoire de Vétérinaire

Publie par

De nombreux étudiants se sont intéressés à la formation pour devenir vétérinaire. Si la formation est longue, elle permet d’assurer l’emploi du nouveau diplômé. Mais pour acquérir le diplôme, l’étudiant doit rédiger son mémoire.

Formation et débouchés

La formation donnée par les écoles vétérinaires permet d’obtenir le diplôme d’Etat de docteur vétérinaire. La formation s’étend sur sept ans mnimum après le baccalauréat. Elle permet aux étudiants d’acquérir des connaissances concernant l’anatomie et la physiologie de l’animal sain, les techniques d’élevage, l’alimentation, la pathologie de la reproduction des animaux, la sémiologie, les techniques permettant de diagnostiquer les maladies, les pathologies et les thérapeutiques, les maladies qui peuvent se transmettre à l’Homme ainsi que les différentes techniques d’inspection des aliments d’origine animale afin qu’ils ne puissent pas porter atteinte à la santé du consommateur.

A la fin de la formation, le vétérinaire peut certes, prendre en charge le soin des animaux, mais il est aussi sollicité dans le cadre de la prévention de l’hygiène. Les vétérinaires interviennent entre autres, dans le cadre de la fabrication d’aliments pour les animaux, et s’investissent quelquefois dans le domaine de la recherche biomédicale.

Contenu du mémoire

Le mémoire de vétérinaire comporte une introduction, suivie par trois sections et se termine par une conclusion. Le document doit présenter entre autres, les références bibliographiques des sources que l’auteur à utilisé pour soutenir ses idées. L’introduction encourage le lecteur à poursuivre sa lecture et à comprendre dès le début, la problématique que l’auteur veut résoudre. La première section montre les différentes études menées sur le sujet. La deuxième section se focalise sur les méthodes et les résultats obtenus par le chercheur. La troisième section pour sa part, correspond à la discussion. La conclusion fait le bilan de la recherche et ouvre la voie à de nouvelles perspectives de recherche.

Le document final doit présenter entre autres, la bibliographie rassemblant les différentes sources utilisées par l’auteur. Il comporte aussi des annexes à la fin. Bien que ces derniers ne doivent pas obligatoirement apparaître dans le document, il est plus judicieux d’y faire figurer les différentes informations qui ne sont pas essentielles mais qui contribuent cependant à la compréhension du texte. Il faut noter entre autres, que le corps du mémoire doit être précédé de résumés en anglais et en français ainsi que de la liste des mots-clés.

Quelques astuces

Le résumé se place au début du document. Nombreux sont les lecteurs qui ne poursuivent pas la lecture plus loin, mais se contentent de lire le résumé. De fait, cette partie doit être soignée et apporter le plus de précisions possible sur les points focaux de l’étude réalisée par le vétérinaire. Cela ne veut pas pour autant dire, que le résumé s’étale sur plusieurs pages. Il doit contenir environ 250 à 350 mots. Le résumé doit présenter de manière claire et concise les objectifs poursuivis par l’étude, l’état de l’art, la démarche adoptée par le chercheur pour atteindre ses objectifs ainsi que  les principaux résultats obtenus. Si le résumé arrive à attirer l’attention du lecteur, il va poursuivre sa lecture.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *