201806.25
0

10 conseils pour réussir le cadre théorique d’un mémoire

Publie par

Les travaux de mémoire couronnent la fin des études supérieures en vue de l’obtention d’un diplôme. Pour ce faire, l’étudiant ou le chercheur est amené à rédiger un ouvrage sur un sujet qui lui aura été proposé ou qu’il aura lui-même choisi. Il n’existe pas de plan type pour réaliser un mémoire. Chaque ouvrage devrait cependant contenir :

  • Une introduction, une problématique et un cadre théorique ;
  • Une méthodologie pour l’analyse et le traitement des données ; 
  • Une interprétation des résultats et une conclusion.

Le cadre théorique mentionné ci-dessus rassemble les idées, hypothèses et concepts disponibles grâce à la revue de la littérature existante concernant le problème étudié. Ainsi, le cadrage théorique réussi d’un mémoire recense et synthétise la documentation. Il est par la suite nécessaire d’apporter une justification sur la rétention ou non de chaque idée vue au cours des diverses lectures à propos du problème étudié. 

Voici 10 conseils pour réussir le cadre théorique du mémoire : 

1- Le cadre théorique doit être pertinent

Le terme « pertinent » suppose ici actualité, précision et faisabilité. Le cadre théorique doit s’appuyer sur des idées et concepts compréhensibles et vérifiables pour éviter de s’éparpiller sur trop de questions à la fois. Il faut être concis mais clair, éviter de parler de concepts vagues ou dépassés, et toujours veiller à ce que les acquis académiques, la littérature à disposition et le temps imparti suffisent à la réalisation du cadre théorique. Cela suppose beaucoup de temps passé à lire des ouvrages traitant du domaine d’étude afin de le maîtriser.

2- Le cadre théorique doit être exhaustif

Au cours des lectures, l’étudiant ou le chercheur est amené à recueillir les théories, terminologies, hypothèses et concepts pertinents dans le domaine et autour du problème étudié. Par exemple, un doctorant rédigeant une thèse sur les pratiques de gestion des ressources humaines doit aborder dans son cadre théorique les courants de pensées et concepts sur les pratiques de GRH  présentes dans la littérature existante. L’exhaustivité exige de produire un état des lieux de la recherche disponible en relation avec le problème étudié.

3- Le cadre théorique doit être délimité

Cela signifie qu’à un moment il faudra séparer les théories retenues pour le problème étudié de celles qui ne le sont pas. Les théories retenues, déjà prouvées dans d’autres travaux, seront généralisées en vue de les appliquer au problème étudié. Dans certains cas, on procède à une analyse critique de la recherche existante par rapport à la réalité du problème étudié. La portée des affirmations qui découlent de cette délimitation du cadre théorique est fonction de la quantité et de la diversité des situations auxquelles ce cadre théorique est applicable

4- Le cadre théorique doit être utile

Le cadre théorique possède une double utilité. Sur le plan théorique, il permet de fournir une explication à un grand nombre de faits étudiés et vérifiables, poser de nouvelles questions, s’orienter vers des pistes de recherche. Sur le plan pratique, le cadre théorique devient un outil pouvant aider à solutionner le problème étudié par application des connaissances acquises via les lectures préalables.

5- Le cadre théorique doit être référencé

Étant donné que la plupart de ce qui est affirmé dans le cadre théorique proviennent de la littérature existante, il incombe à l’étudiant ou au chercheur d’en fournir les sources, les auteurs et les dates de publication ou de consultation. La présentation des références est variée : entre parenthèses dans le texte, en bas de page pour les notes de bas ou en fin d’ouvrage pour les notes de fin. Il ne faut jamais s’approprier les affirmations d’un autre auteur sous peine de plagiat. 

6- Partir d’un contexte et justification

Le sujet d’étude doit présenter et définir de manière précise le problème à étudier lequelse situe dans un domaine de recherche donné. Le chercheur trouve le problème soit à partir desfaits réels qu’il observe (lors des stages ou dans la vie quotidienne), soit à partir d’une discussion de manière concertée avec l’enseignant ou le tuteur de stage. Pour concrétiser l’importance dela recherche, il est important de préciser la portée des résultats en démontrant l’intérêt deconduire la recherche : dire quels sont les intérêts que peuvent apporter le résultat d’une recherche et pourquoi l’on ne pouvait pas laisser les choses telles qu’elles étaient. C’est à partirde la problématique que vienne la question de recherche. La question de recherche permetd’envisager les solutions requises pour régler le problème. Elle doit être formulée de façon claire et précise. Le ou les objectif(s) de recherche spécifie(nt) l’apport du travail de rechercheafin de répondre à la question de recherche posée. Il faut que les objectifs de recherche soient précis, pertinents, logiques et réalisables.

7-  Rédiger sur la base d’une bibliographie solide

Dans le but de justifier scientifiquement que la recherche qu’on se propose de mener ne sort pas de nulle part, il faut appuyer ses idées à partir de données préexistantes tels les concepts, les théories et les chiffres clés. Pour cadrer sa propre recherche, on peut aussi voir dans la littérature ce qui est utile pour mener une telle ou telle étude, ou comment d’autres chercheursont mené une étude similaire à celle qu’on veut effectuer. Et pour dénicher les données dont on a besoin, on peut consulter des ouvrages, des articles, des thèses, surfer sur internet ou encore mener soi-même une ou des enquête(s).

8-  Savoir trier les informations acquises

Mieux seront triées les informations acquises, plus sera approfondie la connaissance théorique et plus sera original et percutant le sujet de recherche, mais également plus sera meilleure la qualité de la mémoire. Les données inutiles risquent de rendre difficile le traitement de données et mener à l’incohérence des idées entre les résultats et les objectifs de recherche.

9- Suivre un plan logique

Il n’existe aucune règle prédéfinie pour la structure du cadre théorique. Ce qui estimportant est que le plan soit le squelette de la rédaction. On doit y citer les points essentiels à développer dans le manuscrit. On doit également y faire apparaitre une structure logique pour la compréhension du sujet de recherche et des résultats obtenus.

10- Prendre soin de la forme de son travail

Tout au long de la rédaction, il est nécessaire d’utiliser des phrases claires, précises et sans ambiguïté. Une fois qu’on a terminé la rédaction, il est important de mettre en forme la page et de vérifier les fautes typographiques, les fautes d’orthographe, de syntaxe et de grammaire car, plus un mémoire contient des fautes sur la forme, plus il perd sa crédibilité et ceci même si le fond est pertinent. On peut faire appel à d’autre personne pour effectuer cetterelecture afin d’éviter toute pénalité inutile. Quant à la présentation des références bibliographiques, il serait mieux de toujours suivre les recommandations requises selon les domaines de recherche, par exemple la recommandation de Vancouver dans la plupart des recherches scientifiques (médecine, sciences).

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *