201401.21
0

Réussir la rédaction du travail de fin d’études (TFE)

Publie par

La structure imposée ou choisie est un premier guide de rédaction, mais la clé de voûte du processus rédactionnel d’un travail de fin d’études réussi (plus communément appelé « TFE ») est sans aucun doute la qualité du fond (démonstration, qualité du raisonnement) sans toutefois dissocier la forme (respect des normes de présentation, absence de faute…).

Quelles méthodologies pour la rédaction du travail de fin d’études?

Deux méthodologies peuvent être envisagées pour la rédaction d’un travail de fin d’études (TFE) pour ce qui est de la rédaction de la partie empirique. La première est d’effectuer une synthèse d’une ou de plusieurs étapes (faits et informations sous forme de chiffres ou de textes) pour proposer des recommandations ou pour se faire une opinion et aboutir ainsi à une idée maîtresse exprimée sous forme de problématique. Cette structure d’analyse correspond à une technique de base appelée « argument enchaîné » : les arguments doivent être rigoureusement articulés de manière à ce que le lecteur puisse nécessairement admettre la conclusion ou ne pas arriver à la contredire. La deuxième est d’aller à la recherche de faits corroborant son raisonnement, il s’agit de la « démarche inverse ». La finalité de l’étude étant de décrire, d’informer et d’attirer l’attention.
Tout aussi importants et indissociables du fond du travail, donc à ne pas négliger les points suivants :
– Premièrement, l’introduction qui va annoncer le sujet (problématique) et donner une idée, un aperçu sur l’ensemble du travail, sa valeur et ses qualités. Systématiquement lue par le jury, elle constitue la première impression laissée au lecteur, lui donnant envie (ou pas) de lire la suite du document. Etant donné que le rédacteur du travail de fin d’études n’a jamais deux occasions de faire une première bonne impression, un soin particulier doit être accordé à l’introduction qui revêt une importance stratégique dans la rédaction du mémoire.
– Deuxièmement, la conclusion consistant à résumer l’intégralité du travail, rappeler la démarche, les principaux résultats trouvés, et poser une problématique ouvrant sur un nouveau débat. Son importance est aussi stratégique que l’introduction dans la mesure où elle reflète l’esprit de synthèse du rédacteur, et son ouverture d’esprit sur de nouvelles problématiques,

Remarques relatives à la mise en forme du travail de fin d’études

Enfin, la forme du travail de fin d’études nécessitant de : rester homogène dans la mise en forme du texte du mémoire, d’aérer la rédaction, d’améliorer la lisibilité (interligne de 1,5 qui constitue une norme standard reconnue), d’éviter une trop grande variété dans les polices de caractère (changer de caractère est une convention marquant un changement de sujet), écrire des phrases simples et concises, d’organiser les enchaînements de façon logique, de respecter la ponctuation, de vérifier la grammaire, la conjugaison, l’orthographe, et de respecter un type de mise en page. De nombreuses règles de bon sens qu’il est parfois difficile de respecter simultanément tant l’engagement du rédacteur aura été important tout au long de la rédaction de son TFE, qui pourra manquer de recul nécessaire. L’intervention d’une tierce personne pour la relecture du mémoire peut être opportune.

Si vous cherchez plus d’aide pour votre TFE, vous trouverez davantage d’informations sur le lien suivant :
http://w3.ltc.univ-tlse2.fr/raufaste/Pages/Etudiants/CoursOnLine/Memoires/Conseilsmemoire.pdf
Un article intéressant sur le même sujet :
http://philippe-le-tourneau.pagesperso-orange.fr/LeTMemoiresTheses.html

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *