202106.02
0

Procédure type de création d’outils dans le cadre d’un mémoire de DEC

Publie par

Procédure type de création d’outils dans le cadre d’un mémoire de DEC

L’obtention du diplôme d’expertise comptable est conditionnée par la rédaction d’un mémoire d’expertise comptable ou mémoire de DEC et de sa validation. Une attention particulière doit de ce fait être portée tant sur la forme que sur le fond de ce mémoire.

Cet article s’intéresse plus particulièrement au fond. Le mémoire de DEC constitue pour le candidat un réel projet, et un travail important doit être réalisé en ce qui concerne son contenu. Ce dernier doit répondre à différents critères tels que la clarté, la précision, et la cohérence entre les parties.

De manière générale, un mémoire de DEC comprend trois parties : une partie d’analyse du sujet, une partie destinée à la synthèse, et une partie consacrée aux recommandations. Ces différentes parties doivent permettre de répondre à une problématique précise pouvant être rencontrée par un professionnel (expert-comptable ou commissaire aux comptes) en situation de travail. Le mémoire se doit ainsi d’être pratique et exploitable par tout professionnel étant confronté à cette problématique.

Tour au long du mémoire, la démarche permettant d’aborder le sujet doit être présentée. Celle-ci doit pareillement être appuyée par des outils dont la procédure type de création est exposée ci-après.

  • Les outils : de quoi s’agit-il ?

Dans le mémoire d’expertise comptable, un outil représente le moyen qui permet à l’expert-comptable / commissaire aux comptes de travailler, d’atteindre un résultat. Il existe différents types d’outils qu’il est possible de catégoriser en deux : les outils classiques et les outils spécifiques.

Les outils classiques correspondent aux outils qui apparaissent de manière générale dans tous les mémoires de DEC. Il s’agit notamment de la lettre de mission, du questionnaire ou guide d’acceptation de la mission, ou encore du compte rendu de fin de mission.

Quant aux outils spécifiques, ils regroupent tous les outils qui sont propres à chaque mémoire d’expertise comptable. Ces outils sont destinés à répondre à la problématique posée. A titre d’exemple, dans un mémoire de DEC portant sur l’optimisation de la rémunération d’un dirigeant d’entreprise, un simulateur de calcul constitue un outil spécifique.

  • Ce qui est attendu par rapport à ces outils

Avant de développer un outil, il est indispensable de prendre connaissance des différents critères qui sont attendus. Pour que l’outil proposé soit accepté, il doit répondre aux exigences suivantes :

  • Originalité : l’outil doit avoir été conçu par le candidat lui-même, car un élément tiré d’une autre source (outil déjà conçu par un autre auteur) n’est pas considéré comme un outil dans le cadre d’un mémoire de DEC.
  • Réponse à la problématique : l’outil proposé doit constituer une réponse à la problématique posée et être cohérent avec le sujet.
  • Praticité : l’outil doit être pratique, il s’agit d’ailleurs d’un des principaux critères attendus d’un mémoire d’expertise comptable.
  • Exploitabilité : l’outil doit être facile à comprendre et le lecteur doit être en mesure de l’utiliser et de le mettre en pratique.
  • Possibilité de transposition : bien que ce dernier critère soit facultatif, il est recommandé de concevoir un outil qui peut être transposé dans d’autres situations voire dans d’autres domaines. Par exemple, il est intéressant de créer un outil de calcul des coûts dans un garage qui peut être appliqué au sein d’autres entreprises œuvrant dans le secteur de l’automobile, ou encore un questionnaire de satisfaction des employés qui peut être appliqué tant au sein d’une petite et moyenne entreprise (PME) que dans de plus grandes structures.
  • La construction de ces outils

La création des outils est une étape redoutée par les candidats. Mais avec une procédure claire et bien définie, il est possible de créer efficacement des outils qui répondent aux critères précités. Les étapes à suivre sont présentées ci-dessous :

  • Prise de connaissance du sujet : il s’agit de la première condition pour réussir à créer un outil. Cette étape doit permettre au candidat d’identifier les points clés et les axes à développer, ainsi que de fixer des objectifs.
  • Brainstorming : une fois le contexte maitrisé, il convient de procéder à un brainstorming en vue de rassembler le maximum d’idées sur les solutions à proposer par rapport au sujet et à la problématique. La question centrale à poser est : de quoi a-t-on besoin ?
  • Choix des types d’outils à créer : il existe une multitude d’outils pouvant être développé (questionnaire, grille de calcul, cartographie de risques, matrice SWOT…). Ceci étant, il est important de proposer un outil adéquat. Pour mieux choisir le type d’outil, les questions à poser sont : ce type d’outil est-il adapté ? répond-il aux objectifs posés ? 
  • Construction de l’outil : lors de cette étape, il est important de s’assurer que le principe d’utilisation de l’outil soit présenté.
  • Test, ajustements, et validation de l’outil : l’outil conçu doit avoir été testé par le candidat afin d’en identifier les éventuelles failles. Le cas échéant, des ajustements doivent être faits.
  • Exemple d’outil : Tableau de bord de suivi par centre d’activité au sein d’un garage automobile

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *