201401.27
0

Réussir la soutenance d’un mémoire

Publie par

Réussir la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse est une source de stress pour un étudiant ou un chercheur. Il doit, certainement, donner le meilleur de lui-même pour surmonter cette épreuve. De nombreux articles exposent cette méthodologie pour la réussite d’une soutenance. Par définition, la soutenance n’est pas un résumé du travail écrit mais un exposé de son ensemble. Autrement dit, elle s’écarte des détails pour s’attacher à la synthèse et elle doit être plus vivante. Alors, quelle méthodologie bien précise doit-on suivre pour réussir la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse ? Généralement, les attentes et exigences de la soutenance varient d’un pays à l’autre, d’une université à l’autre, d’un encadreur ou directeur à l’autre… mais, deux grandes étapes doivent être suivies.

Quelques règles à respecter avant la soutenance du mémoire

Avant la présentation orale, il faut bien préparer le résumé synthétique de la recherche et de ses résultats. Ceci comporte, d’abord, une introduction étalant les raisons de choix du sujet et la problématique principale conduisant vers plusieurs questionnements, sous certaines hypothèses fondamentales. Ensuite, il convient de bien présenter la méthodologie de recherche, répondant à la façon dont on a procédé pour faire le travail, tant les méthodes et outils de traitement des données que leurs sources, ainsi que la période d’analyse. Par ailleurs, il convient de sélectionner les principaux résultats, notamment les plus importants, ouvrant à une discussion et une conclusion ; conduisant à une autre voie de recherche.

Vous comprendrez, qu’en écrivant votre mémoire, vous préparez aussi en quelques sorte votre soutenance, puisqu’il est un exposé synthétique oral de ce dernier. Par conséquent, gardez en tête lorsque vous écrivez votre document, que vous exposerez ces écrits. Alors réussir sa soutenance passe aussi en amont par la qualité de votre mémoire écrit. Passez donc autant de temps qu’il faudra pour relire et faire relire (si possible) votre mémoire dans son intégralité, avant de passer à la préparation de votre exposé oral.

Lorsque vous préparez une soutenance de mémoire en tant qu’étudiant, généralement, des instructions, barèmes ou autres consignes peuvent vous être préalablement fournis par votre établissement, et ce, autant pour votre mémoire que pour la soutenance. Vous aurez donc en quelque sorte à minima, matière à développer et ordonnancer votre exposé oral en les suivant. Si ce n’est pas le cas, renseignez-vous dans votre établissement.

Compte tenu des enjeux inhérents à la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse, nous vous recommandons pour réussir à la présenter comme il se doit de vous exercer avant : une règle d’or !!! Entrainez-vous devant un miroir. Mieux, demandez à un, voire plusieurs de vos proche(s), de se faire passer pour un jury, cela vous permettra de vous exercer, non seulement à regarder un auditoire (même s’il  n’est composé que d’une seule personne) mais également à respecter les délais pour chaque point abordé. Cela peut prendre du temps, alors mieux vaut vous y mettre à l’avance. Si vous en avez la possibilité, choisissez des personnes qui ont déjà une première expérience au moins, dans la présentation d’un mémoireet/ou d’une soutenance, ou encore dans la présentation d’un projet professionnel (un avis professionnel en somme) afin d’avoir le feed-back le plus fiable possible.

Quelques éléments qu’il faut avoir à l’esprit pour bien préparer sa soutenance orale…

L’intérêt d’une soutenance de mémoire n’est pas de répéter ce qui a déjà été abordé dans le mémoire, ce qui risquerait d’être redondant et de désintéresser le jury qui assisterait à une redite de qu’il est censé avoir déjà lu, mais plutôt de « faire vivre la problématique » en abordant un ensemble de points oralement qui ne trouvaient pas leur place dans le mémoire (limites du sujet, limites de l’études qui dénoteront une certaines capacité à prendre du recul). L’étudiant cherchera plutôt dans sa soutenance à prendre du recul par rapport au sujet de son mémoire, à « vendre » l’intérêt intellectuel de sa problématique, présenter de manière synthétique ses résultats et conclusions en veillant bien évidemment à ne surtout pas faire de redites avec ce qui a déjà été développé dans le mémoire.

Nos conseils pratiques pour préparer votre soutenance :

Renseignez-vous sur votre jury :

Dans la mesure du possible, le connaître à l’avance vous permettra d’anticiper pas mal de choses, dont les possibles questionnements par exemple

 

Renseignez-vous également sur les règles, barèmes et autres instructions :

 Concernant les soutenances dans votre établissement.

Assistez à d’autres soutenances et prenez note :

Etant publiques (sauf si le soutenant en a décidé autrement), les étudiants prennent souvent l’habitude d’assister aux soutenances d’autres personnes. Les professeurs même le recommandent. Voir comment ça se passe, écouter les présentations, s’en inspirer, et/ou se faire un avis sur la manière de juger les candidats par les différents professeurs. Cela peut vous permettre d’adapter votre méthodologie de présentation et d’anticiper les questions/réponses le Jour J.

Faites relire votre présentation :

Pour corriger si nécessaire d’éventuelles fautes d’orthographes, de grammaire, une mise en forme pas ou peu logique, ou autre … Avoir été plusieurs semaines, plongé dans la rédaction de votre mémoire peut altérer votre façon d’aborder les choses, votre capacité à identifier certaines fautes grammaticales ou orthographiques et autres erreurs éventuelles que vous ne trouverez peut-être jamais, même en relisant votre document plusieurs fois.

Créer une présentation dynamique :

Avec des éléments attractifs qui attireraient plus l’attention de votre jury ; ça montrera votre effort de présentation, qui n’est pas qu’une transcription orale de votre mémoire. Préférez également les schémas, images, photos aux longues phrases ou paragraphes … Il faut savoir que dans les établissements, en saison de soutenances, les personnes qui font partie des jurys en enchaînent parfois plusieurs dans une même journée, et ça peut durer plusieurs semaines. Préserver ainsi leur énergie ‘visuelle’ pourrait vous avantager dans leur évaluation de votre présentation. Pour en revenir aux supports attractifs, certains métiers ont l’avantage d’arborer des choses assez originales, notamment dans les métiers créatifs (décoration d’intérieur, design, architecture …). Trouvez la vôtre, pourquoi pas une présentation d’un produit en vidéo 3D par exemple.

Aujourd’hui, avec le boom de la technologie et des applications web, vous disposez d’un large choix de logiciels et autres pour une présentation des plus dynamiques avec des supports originaux. Vous pouvez toujours faire appel à des connaissances pour vous aider à monter une vidéo ou autre, qui sortirait de votre domaine de compétences (Attention de ne pas faire faire le travail par une tierce personne, ça pourrait se retourner contre vous le jour J).

Préparez-vous à la série de questions et de critiques :

Une des méthodes pour anticiper les questions, est de dérouler votre mémoire et essayer d’y rechercher d’éventuels questionnements que pourrait poser votre jury. Vous pourrez aussi vous exercer à y répondre devant un miroir ou devant votre jury fictif.

Dans le cas où vous avez eu la possibilité de connaître l’un ou les membres de votre jury, comme notre conseil précédent, anticiper les questions sera d’autant plus facile. Généralement, les questions posées par un membre du jury, ou au moins une, correspondent avec son activité ou son domaine de prédilection.

Exemple 1 :

Un des membres du jury est professeur de méthodologie, préparez-vous à une question sur l’approche que vous avez utilisée pour dresser votre mémoire, ou orienter vos recherches, ou encore arriver à telle ou telle conclusion.

Exemple 2 :

S’il est dans les finances ou la comptabilité, sa question sera peut-être orientée vers les coûts budgétaires engagés, le chiffre d’affaire ou les bénéfices du projet, votre mode de calculs, les résultats financiers etc …

Vous l’aurez compris, connaître son jury pourra vous aider à anticiper leurs questions. Y être préparé demeure un avantage additionnel à ne pas négliger. Attention, cela ne veut pas dire que vous devez vous y fier exclusivement. Puisqu’à contrario, même si l’un des membres exerce dans un domaine particulier, la question peut n’avoir aucun rapport avec ce dernier. Dans ces cas-là, la question sera portée par une incompréhension, la recherche de plus de détail, ou un éclaircissement …

Le but est de vous préparer à toute éventualité, mais gardez toujours en tête que tout peut arriver, notamment des « questions pièges ». La connaissance parfaite de votre mémoire et la maîtrise du domaine d’activité que vous présentez sont les moyens principaux qui assureront la réussite de votre présentation de soutenance.

  • PENDANT LA SOUTENANCE DU MEMOIRE

Durant la soutenance du mémoire ou de la thèse, il convient idéalement de commencer par remercier les membres du jury pour leur présence et l’encadreur ou le directeur pour son encadrement. Le candidat doit relier, ensuite, son mémoire à son parcours de recherche. Il doit présenter son sujet sans encore entrer dans les détails et situer son mémoire ou sa thèse dans les champs de recherche. Par la suite, il doit énoncer sa méthodologie en donnant ses hypothèses et résultats. C’est à ce moment-là que le candidat devrait se mettre particulièrement en valeur : il doit dépasser largement le cadre de sa thèse ou de son mémoire en présentant l’intérêt scientifique de sa recherche et ses apports personnels. Enfin, le candidat doit bien répondre aux questions et remarques du jury par une argumentation convaincante montrant la maîtrise du sujet : se défendant au débat.

Comme précédemment, voici nos conseils pratiques pour présenter avec succès votre soutenance :

Mettez-y du dynamisme :

Du début jusqu’à la fin, gardez un ton dynamique lorsque vous présentez votre mémoire, essayez d’animer votre présentation. On dit que l’humeur est contagieuse, mettez ainsi celle de votre jury à votre avantage. Et si ça ne marche pas, ça restera de toute façon plus agréable pour votre assistance, d’écouter une présentation au ton enjoué et dynamique plutôt que dans un ton monotone.

Ne racontez pas tout dans votre présentation :

La soutenance est un exposé de votre travail de recherche ou de votre thèse, pendant environ une (1) heure. La durée varie selon les barèmes de votre établissement (s’ils en ont), mais elle se fixe généralement à une fourchette de 45mn à 60 mn, incluant la série de questions/réponses, dépendamment de l’établissement. Vous n’aurez donc de toute façon, pas le temps de tout dire. Par conséquent, sachez synthétiser l’essentiel plus quelques éléments à valeur ajoutée dans votre présentation. Vous pourrez développer vos détails si nécessaires, lorsque vous répondrez aux questions du jury.

Soyez honnête :

Si vous ignorez la réponse à une ou certaines questions, dîtes-le ! Ne prenez pas le risque de répondre à côté ou d’esquiver la question, ça jouera en votre défaveur. Et le jury peut vous pénaliser fortement pour ça.

Surveillez votre timing :

Parmi les choses à emporter dans votre check-list le Jour de la présentation, n’oubliez pas le minuteur ou alors activez celui de votre téléphone (en toute discrétion évidemment). Comme lors de vos exercices oratoires, chronométrez chaque partie de votre présentation afin de vous assurer d’être dans les temps. Sachez que parmi les exigences du jury, le respect d’un temps imposé lors d’un exposé oral peut compter dans votre évaluation (pour votre note finale), parce qu’il permet de juger de votre constance et de votre considération aux critères demandés. D’où la nécessité de vous entraîner au préalable jusqu’à obtenir le bon timing.

Regardez votre auditoire :

Parler à quelqu’un en évitant de le regarder n’a jamais fait l’effet d’une bonne impression, encore moins dans une situation « professionnelle » comme celle-ci. Alors pendant votre soutenance, veillez à regarder votre jury pendant votre présentation.

Dans le même ordre d’idée, ne vous contentez pas seulement de lire vos slides, les jurés détestent cela. Si vous maîtrisez votre sujet et que vous avez travaillé votre présentation orale, le contenu de votre PowerPoint, le cheminement d’idée, la table des matières (le fruit de toutes ces répétitions préalables), votre exposé oratoire suivra naturellement son cheminement.

Quel que soit le type de soutenance que vous aurez à faire, l’élément le plus important à retenir est issu de la définition même de cette dernière : un exposé oral synthétique du mémoire en mettant en valeur l’essentiel et plus de ses acquis, ses recherches et des solutions trouvées aux problématiques relevés.

En espérant que ces conseils vous auront aidé, bonne chance pour votre soutenance !

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *