201406.06
0

Zoom sur le mémoire de Podologie

Publie par

Pour pouvoir exercer le métier de Podologue, il convient de réaliser une formation de trois ans dans un institut spécialisé agréé par le Ministère de la Santé et ayant une convention avec une université. Au cours de ces six semestres, l’étudiant alternera cours théoriques – cours magistraux, travaux personnels et travaux dirigés -, formation clinique et stages pratiques à l’hôpital ou chez un praticien. Chaque semestre sera alors validé par l’obtention de crédits européens (ECTS). Il faudra en tout la validation de 180 ECTS pour obtenir le Diplôme d’Etat de pédicure-podologue (DE). Ce DE équivaut au grade de licence et est obligatoire pour pouvoir exercer le métier de pédicure-podologue.

Pour accéder à cette formation, il faut être âgé de 17 ans au minimum et soit être titulaire d’un bac scientifique, de préférence, ou de l’équivalent, soit justifier d’une expérience professionnelle de cinq ans. L’admission se fait généralement par voie de concours.

La présentation d’un mémoire pour la validation du DE

Au terme des trois années de Podologie, la soutenance orale, devant un jury, d’un mémoire individuel portant sur un sujet en lien avec la profession est nécessaire pour la validation du DE. Ce mémoire peut être un travail de recherche axé sur la pratique de la podologie ou un travail d’observation et d’analyse d’un ou plusieurs cas cliniques.

Spécificités d’un mémoire de podologie

Un mémoire de podologie se structure en trois parties :

  • D’abord, l’introduction qui présente le thème choisi – les généralités et la justification du sujet -, formule la problématique, énonce les objectifs du mémoire et expose le plan suivi ;
  • Ensuite, le corps du mémoire où se reflète la spécificité de la formation. Il commence généralement par un cadre théorique rappelant les concepts nécessaires à la compréhension du mémoire. Puis il continue par la présentation du protocole suivi pour la réalisation de l’étude : la population étudiée, les critères d’inclusion et d’exclusion choisis, les matériels utilisés (podographe, podoscope,…), les méthodes adoptées (examens cliniques, questionnaires,…). Et il finit par l’exposition, l’analyse, l’interprétation et la discussion des résultats obtenus de la recherche.
  • Enfin, la conclusion qui répond aux questions de l’introduction. Elle fait la synthèse du mémoire, ressort les réponses à la problématique, limite l’étude effectuée et élargit le sujet sur de nouvelles réflexions.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *