202001.06
1

Guide complet pour réussir la rédaction d’un mémoire de A à Z

Publie par
guide rédaction mémoire

A l’issue de son travail de recherche, l’étudiant est amené à rédiger un mémoire. C’est sur la base de ce document que les membres du jury vont évaluer ses compétences notamment, sa capacité d’analyse, son aptitude à faire un travail de réflexion et de recherche, son esprit critique, son habileté à choisir la méthode la plus pertinente pour collecter les données et répondre à la question qui lui est posée. La rédaction de ce fait, ne devrait pas être réalisée dans la hâte ou dans l’agitation. Dans ce guide, nous allons vous fournir les informations et les astuces nécessaires pour mener à bien la rédaction de votre mémoire.

Qu’est-ce qu’un mémoire ?

Avant d’aborder les astuces pour la rédaction, il faut connaître d’abord ce qu’est un mémoire. Le mémoire est un document écrit par l’étudiant et qui comporte dans la plupart des cas, les éléments suivants :

  • La page de couverture

La page de couverture est la première page du document. Elle n’est pas numérotée. Elle porte le logo de l’université, du département et aussi, du logo de l’établissement partenaire qui a collaboré avec l’Université pour la réalisation du mémoire. Vous pouvez mettre à côté du logo de l’université par exemple, le logo de l’entreprise, du laboratoire, du centre hospitalier, etc. au sein duquel, vous avez effectué votre stage.

Au milieu de la page de couverture se trouve le titre du mémoire. Il devrait être bien lisible. Selon le cas, l’étudiant peut mettre illustrer la page de couverture avec des photos portant sur son sujet de recherche. Le titre est suivi par le nom de l’étudiant. Par la suite, la date de soutenance, les noms et les grades des membres du jury doivent être mentionnés.

La page de garde n’est pas numérotée. C’est une page blanche qui suit la page de couverture. Cependant, au cas où l’étudiant a mis une illustration sur la page de couverture, il convient de mentionner la source de l’illustration sur cette page de garde.

Il est évident que les travaux de recherches n’ont pu aboutir sans l’aide de nombreux intervenants qu’il faut remercier dans cette partie. N’oubliez pas de remercier les partenaires, les bailleurs de fonds qui ont soutenu votre projet de Master, les guides, etc.

La table de matières montre au lecteur la structure générale du mémoire et l’aide à retrouver directement la partie qui l’intéresse. Ainsi, la table de matières reprend les titres des différentes parties et sous-parties qui vont être développées au niveau du mémoire, et mentionne à quelle page, elles commencent.

  • Liste des sigles/ figures/ tableaux

Le mémoire comporte souvent de nombreux sigles. Pour faciliter la lecture du mémoire, il convient de mentionner dans cette partie, les significations de ces derniers. Les sigles devraient être énumérés par ordre alphabétique. Dans le corps du texte, il faut rappeler la signification du sigle la première fois qu’il apparait. Dans la suite, le sigle uniquement est utilisé.

Le mémoire présente aussi fréquemment, des tableaux et des figures. Ces derniers doivent avoir des titres et être numérotés par ordre d’apparition dans le corps du texte. Dans la liste des figures et la liste des tableaux, il faut mentionner non seulement le numéro et le titre de chaque figure et/ou de chaque tableau mais également, la page à laquelle, ils se trouvent.

  • Glossaire

Il n’est pas rare qu’un mémoire contienne des termes techniques que le lecteur ne comprend pas forcément. N’oubliez pas que les membres du jury qui vont vous évaluer ne sont pas toujours issus de la même discipline que vous. Par ailleurs, les mémoires sont souvent pluridisciplinaires. Le glossaire reprend les définitions de ces différents termes techniques que le lecteur devrait connaître pour comprendre le contenu du mémoire.

  • Introduction

L’introduction constitue la première partie du corps du texte proprement dit. Cette partie donne un aperçu de l’état de l’art sur le sujet du mémoire. Elle présente la problématique c’est-à-dire, la question à laquelle, l’étudiant va répondre tout au long du mémoire. Elle mentionne également, l’intérêt du sujet, les objectifs de l’étude. L’introduction annonce le plan du mémoire de manière à ce que le lecteur puisse comprendre dès le début, l’enchaînement logique des principaux points qui vont être abordés dans le document.

Comme son nom l’indique, la partie consacrée à la généralité ou la revue de littérature apporte des détails concernant les résultats des études antérieures concernant le thème de recherche. Dans cette partie, vous pouvez mentionner les théories sur lesquelles, vous vous basez pour faire votre argumentation.

Comme elle reprend les principaux résultats des autres chercheurs qui vous ont précédé sur ce thème de recherche, la partie généralité ou revue de littérature doit citer le (s) nom (s) de (s) auteur (s) dont vous rapportez le résultat, ainsi que la date à laquelle il (s) a (ont) publié leurs documents. Puis, vous donnez tous les détails concernant l’article, le livre, le rapport, le chapitre d’ouvrage que vous avez lu pour permettre à vos lecteurs de lire les sources bibliographiques qui les intéressent dans la partie bibliographie.

  • Méthodologie

La méthodologie correspond à l’étude de la manière avec laquelle, vous avez procédé pour collecter les résultats. En d’autres termes, il s’agit de rapporter la méthode que vous avez adoptée pour obtenir des résultats. Dans la méthodologie, vous donnez tous les détails concernant la méthode que vous avez choisie et vous justifiez votre choix. Vous mentionnez par exemple, la population que vous avez étudiée, le nombre de personnes que vous avez enquêtées, etc. La méthodologie présente également les outils utilisés lors de l’investigation, les logiciels d’analyse, les supports de questionnaires diffusés, les outils d’enregistrement, les variables que vous avez suivi, etc.

Les méthodes peuvent être classées en deux catégories : les méthodes qualitatives et les méthodes quantitatives. La première catégorie regroupe les méthodes telles que l’entretien semi-directif, l’observation, etc. qui permettent d’obtenir des résultats qualitatifs donnant des éléments de compréhension du phénomène que vous étudiez. Les méthodes qualitatives sont principalement choisies par les chercheurs dans le domaine des sciences humaines et sciences sociales. Elles ont pour objectif de décrire et d’expliquer les phénomènes sociaux. Pour ce faire, elles se focalisent généralement sur l’analyse du langage.

La deuxième catégorie comprend les méthodes comme le questionnaire, l’analyse statistique, etc. qui conduisent à l’obtention de résultats chiffrés et mesurables. Les méthodes quantitatives utilisent des outils statistiques et mathématiques. Vous pouvez télécharger ces outils sur Internet. Il y a par exemple, le logiciel R, SPSS, XLSTAT, etc. Ces outils vous aident à identifier les différences entre les populations que vous étudiez.

  • Résultats

Les résultats correspondent à ce que vous obtenez après adoption et réalisation d’une méthode. Par exemple, en faisant un entretien semi-directif, vous obtenez des réponses auprès de votre interlocuteur. Cela constitue votre résultat. Si vous avez effectué des comptages de nombre d’élèves qui sont retournés à l’école après avoir mis en place un programme de raccrochage scolaire par exemple, vous obtenez le pourcentage d’élèves qui ont pu retourner dans le système scolaire, etc. Les résultats peuvent se présenter sous différentes formes : photos, verbatims, pourcentage, tableau, figure, etc.

Il faut faire attention à la présentation de vos résultats. Cette présentation dépend de vos objectifs. Dans les disciplines sociologiques par exemple, les verbatims des personnes qui ont accepté de faire un entretien sont rapportés entre guillemets et en italique. Pour les autres disciplines, les tableaux sont utilisés principalement pour faire une comparaison entre deux ou plusieurs choses. Les figures sous forme de fromage sont utilisés pour donner des précisions concernant la proportion d’une chose, d’un groupe particulier par rapport l’ensemble. Les courbes sont principalement choisies pour connaître l’évolution d’un fait, la croissance durant une période déterminée.

Dans le mot discussion, il y a le terme « discuter » qui veut dire, débattre, mettre en question. La discussion est l’explication, l’interprétation, la comparaison et le débat autour des résultats précédemment présentés dans votre mémoire. Dans cette partie, vous répondez aux questions suivantes :

  • Pourquoi j’ai obtenu ce résultat ?
  • Comment vais-je expliquer le décalage entre mes observations, mes résultats par rapport à d’autres qui ont fait des recherches similaires ?

Discuter les résultats suggère que vous revenez sur les résultats et les études précédemment réalisées sur votre sujet. Parfois, vous avez des résultats similaires, ce qui veut dire que vos résultats confirment les constatations de précédents chercheurs sur le même sujet. Mais souvent, les résultats obtenus sont en contradiction avec ceux que les autres ont trouvés avant vous. Dans cette partie discussion, vous expliquez les possibles raisons des différences entre les résultats attendus et ceux qui sont effectivement obtenus.

La conclusion vient clore la réflexion qui a été développée dans le corps du texte. Elle rappelle les principaux points qui ont été découverts dans la recherche sans pour autant tomber dans le piège de la redondance. A partir de ces derniers, elle donne la réponse à la problématique. La conclusion précise l’apport de l’étude dans le domaine de la recherche. C’est également à ce niveau que les limites de la recherche sont rapportées. Ainsi, elle ouvre la voie à une autre question de recherche.

La bibliographie donne plus de détails concernant la production des auteurs qui ont été cités dans le corps du texte. Pour chaque écrit utilisé dans le corps du texte, il faut mentionner :

  • Le nom, le (s) prénom (s) du (des) auteur (s)
  • La date de publication de l’article, du livre, de l’écrit de (s) auteur (s)
  • L’année de publication de l’écrit.
  • Le titre de l’écrit. Pour un article, ce titre est souvent mis entre guillemets. Pour un livre, le titre doit s’écrire en italique.
  • Le nom du journal pour les articles
  • Le volume, le numéro, la pagination pour les articles
  • Le (s) nom (s) de (s) éditeur (s), suivis par la mention (ed.) au cas où il n’y a qu’un seul éditeur, ou (eds.) dans le cas de deux ou plusieurs éditeurs pour le chapitre d’ouvrage
  • Le nom et le lieu de la maison d’édition pour les livres

Comme il existe plusieurs manières d’écrire les références bibliographiques, il est nécessaire de se référer aux règles imposées par votre établissement.

Que reflète le mémoire ?

Le mémoire doit refléter le thème de recherche, les réponses à la problématique et des arguments. Le mémoire est un travail de réflexion. Il comporte d’une part, les résultats et les théories avancées par vos prédécesseurs sur le thème étudié. D’autre part, le mémoire présente aussi vos réflexions et vos argumentations sur le sujet particulièrement, sur les résultats que vous avez obtenus. Argumenter suppose que vous avanciez un argument dans un premier temps. Puis, vous apportez les différentes idées issues de votre lecture et vos observations et qui permettent de soutenir votre argument. Vous enchaînez de manière logique ces différents arguments pour avoir un ensemble cohérent.

Le mémoire doit refléter la capacité de l’étudiant à prendre de la distance par rapport à son sujet, afin de pouvoir faire une autocritique et avoir une vision objective sur le fait ou le phénomène étudié. En outre, il doit aussi faire transparaître votre capacité à sélectionner et à lire des sources fiables. On entend par source fiable, les livres, les articles, les archives, etc. et non pas, les sites Internet non officiels. La lecture de votre bibliographie permet déjà de déceler la qualité de votre écrit. Un écrit « pauvre » comporte en grande partie, des sites internet non fiables, où tout le monde peut écrire. Un écrit « riche » comporte plusieurs écrits qui ont été validés par les chercheurs dans le domaine et qui ont pu par conséquent, être publiés par les maisons d’édition, les journaux spécialisés tels que Management & Avenir, Nature, Sciences, les documents officiels, etc. De ce fait, il est impératif de se baser sur des sources académiques lors de la rédaction de votre mémoire, et non pas sur des sources sur Internet.

 

Les différentes étapes de la rédaction

Pour pouvoir mener à bien la rédaction, il est nécessaire de passer par plusieurs étapes.

1. Définir le sujet et la problématique

Souvent, le thème de recherche est donné par l’encadreur. Pourtant, il vous appartient d’affiner le sujet de votre mémoire à partir de vos lectures et de vos observations. L’identification d’un problème qui n’a jamais pu être résolu par les recherches antérieures donne lieu au sujet du mémoire. Une fois le problème à résoudre identifié, formulez la problématique. Il s’agit de poser une question à laquelle vous allez répondre dans votre mémoire.

2. Définir les objectifs de la recherche

Toute recherche est réalisée dans un ou plusieurs but (s) précis. Il est nécessaire de citer les objectifs de la recherche. A travers cette démarche, vous êtes déjà en mesure de connaître les intérêts de votre sujet.

3. Lire des documents relatifs au sujet de la recherche

Quand vous aurez défini le sujet de votre recherche, votre problématique et les objectifs de votre étude, vos lectures deviennent plus affinées. Vous pouvez donc sélectionner les sources les plus intéressantes auprès des bibliothèques, des archives, etc. De là, vous pourriez avoir une première idée de la manière avec laquelle, vous allez conduire votre recherche.

4. Etablir le plan du mémoire

Le plan du mémoire constitue en quelque sorte, la matrice ou le squelette de votre mémoire. Nous avons déjà mentionné précédemment les principaux points fréquemment retrouvés au niveau d’un mémoire. Mais ce plan peut également varier en fonction de votre établissement, votre discipline et les objectifs de votre recherche. Il est évident qu’un mémoire CAFERUIS ne peut pas avoir la même structure qu’un mémoire DEASS ou IDE ou, un mémoire de gestion par exemple. Il est donc indispensable de se référer aux consignes de votre établissement. Mais faites en sorte que les différentes idées soient bien agencées dans votre plan.

5. Lire et donner de la « chair » au plan du mémoire

C’est à partir de la lecture que vous pourrez donner « chair » au squelette constitué par le plan. Quand les principaux titres et sous-titres du mémoire ont été déterminés, il vous reste à les remplir.

6. Identifier la méthode la plus appropriée pour avoir des résultats

Le choix d’une méthode en particulier dépend des objectifs de votre étude, ainsi que des moyens à votre disposition pour réaliser la recherche. Il faut tenir compte entre autres, du temps dont vous disposez pour collecter les données et les traiter (logiciels, moyens de transport, etc.). Ces travaux réclament en effet, beaucoup de temps.

7. Lire et discuter les résultats

Quand vous obtenez vos résultats, vous faites encore de la lecture pour trouver les arguments vous permettant d’interpréter vos résultats. Développez en premier lieu, les idées les plus importantes avant de venir vers les arguments moins importants.

8. Relire et faire lire son écrit par une autre personne

La relecture et les critiques constructives d’une autre personne sont cruciales pour apporter des améliorations à votre écrit. A partir de ces critiques, vous pouvez entamer une première correction. En bref, la rédaction est un travail de réflexion dont la base est la lecture.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *