201403.28
0

Zoom sur le mémoire de Kinésithérapie

Publie par

La kinésithérapie concerne non seulement les soins, mais aussi d’autres domaines tels que le suivi des malades, l’enseignement, l’administration et la recherche. La réalisation d’un mémoire comprend des travaux de recherches. La méthodologie fait référence aux exigences scientifiques tandis que le terme de démarche renvoie aux procédés pratiques que chacun choisira de mettre en œuvre dans son travail.
La méthodologie de rédaction du mémoire de Kinésithérapie comprend 6 points incontournables : le thème, la problématique, l’hypothèse de recherche, les variables et indicateurs, et les techniques de collectes de données. Le thème représente le domaine d’investigation de la recherche. La réflexion préalable sur le choix de problématiques conditionne largement toute la suite du travail et la qualité finale. L’hypothèse correspond à la réponse anticipée que l’on apporte à la question posée. Les variables sont d’ordres qualitative et quantitative. Les indicateurs sont des indices qui permettent de vérifier l’existence et l’efficacité des variables. L’index de masse corporelle (P/T2) est un indicateur nutritionnel donnant un sens à 2 variables (le poids P et la taille T), par exemple. Le recueil de donnée comprend des entretiens, des questionnaires, des enquêtes, de grilles et, bien sûr, de tout support, informatique ou non, permettant la saisie des données paramétriques.
Pour la structure du mémoire, elle doit être ordonnée comme indiqué ci-après :
– A commencer par le titre du mémoire, il synthétise le travail et doit être accrocheur. S’en suit le sommaire, les titres des chapitres doivent montrer la progression de la démonstration. L’introduction précise ensuite la méthodologie et ses 6 points clés. Il est conseillé de la rédiger au terme de la rédaction intégrale du mémoire.
Trois parties constituent le corps du mémoire. Premièrement, le protocole expérimental énoncé (matériel et méthodes) doit permettre une reproductibilité de l’étude à toute personne désirant réaliser un travail analogue. Deuxièmement, des résultats doivent être énoncés sobrement et clairement de façon objective. Il est aussi conseillé de les représenter graphiquement tant que possible. Troisièmement, il convient d’établir un ordre logique des interprétations et discussions c’est-à-dire reprendre point par point les résultats en les analysant et en les critiquant.
Enfin, la conclusion conduit fréquemment à une reformulation de la problématique. Elle répond de façon synthétique à la question initiale et permet de vérifier la confirmation ou l’infirmation de l’hypothèse. Pour clore le mémoire, des nouvelles perspectives de travail seront dégagées afin de proposer de nouvelles pistes de réflexions et de recherches.

Téléchargez gratuitement notre guide complet pour la rédaction de votre mémoire en cliquant ici

FacebookTwitterGoogle

google_plus
Publié par

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *